New Technologies to Help the Industry Grow/De nouvelles technologies à explorer pour aider le secteur ovin à faire croître son bénéfice net

New Technologies to Help the Industry Grow/De nouvelles technologies à explorer pour aider le secteur ovin à faire croître son bénéfice net

September 10th, 2019 by Corlena Patterson

The Canadian Sheep Federation is looking to new and emerging technologies to improve efficiencies in collecting, managing and capitalizing on big data that can help improve stakeholders bottom lines.

Soon after Canada’s federal government began consulting on the latest round of proposed traceability regulations back in 2013, it became clear that making the best use of existing and emerging digital technologies are key to meeting regulations efficiently.  The body of work that new regulations will require of each and every stakeholder in the value chain is daunting at best, more so if there isn’t the ability to digitally capture, report and share regulated data.  As consultations on the regulations explored how connected the value chain would become in order to fulfill livestock traceability, more and more stakeholders realized the potential to capture and share valuable management information along that same chain.  From 2013 through 2017, the CSF’s SheepTrace Committee met with various industry members to document their business needs from a centralized information management system, generating a list of data points that participants felt would be of value to them.

In January of this year, the CSF took new technology for a test drive to see how easy it would be to adapt the application to capturing both regulated and value-added data in a real-time setting.  Using a blockchain-based application, the field trial tracked lambs from their farm of origin through to individually wrapped cuts, successfully connecting the supply chain from farm to fork using tools that already exist.  Following the field trial, an independent evaluation of the technology in a use-case study confirmed the potential the CSF had identified in the technology; it can increase interoperability across the value chain; provide end-to-end traceability (crossing the live animal to final product information divide that would still exist with new traceability regulations); ensure data is verifiable and immutable; all the while ensuring dynamic permissioning that ensures that users can control their own data.  The application can reduce reporting burden, improve the speed and efficiency of livestock disease tracing AND share value-added information, with user permission, in a way that helps each user improve their own profitability. 

Work continues to understand what it would take to use the technology in a broader setting, improve information sharing and reduce the cost of doing business to allow the industry to be more profitable.

 

La Fédération canadienne du mouton se tourne vers des technologies nouvelles et émergentes pour améliorer l’efficacité de la collecte, de la gestion et de l’exploitation des données massives susceptibles de faire croître le bénéfice net des acteurs.

Peu après l’amorce se consultations en 2013 par le gouvernement fédéral canadien des règles proposées sur la traçabilité, il est apparu essentiel de faire le meilleur usage possible des technologies numériques pour respecter la réglementation tout en restant efficace. La quantité de travail que les nouvelles règles imposeront à chaque acteur de la chaîne de valeur est, considérable, surtout s’il leur manque la capacité de saisir, de communiquer et de partager numériquement les données. Les consultations sur la réglementation ayant exploré le niveau de connexion nécessaire de la chaîne de valeur pour respecter les exigences de traçabilité du bétail, de plus en plus d’acteurs ont pris conscience des possibilités de saisir et de partager de précieuses informations de gestion le long de cette même chaîne. De 2013 à 2017, le comité SheepTrace de la Fédération a rencontré divers membres de l’industrie pour déterminer ce que leurs entreprises recherchaient dans un système centralisé de gestion de l’information, ce qui a mené à la création d’une liste de points de données jugés utiles par les participants.

En janvier dernier, la Fédération a testé une nouvelle technologie pour voir s’il serait facile de l’adapter à la saisie en temps réelle de données réglementées et de données à valeur ajoutée. À l’aide d’une application à chaîne de blocs, l’essai en conditions réelles a suivi des agneaux de la ferme jusqu’aux découpes individuellement emballées, bouclant avec succès la chaîne d’approvisionnement de l’étable à la table à l’aide d’outils existants. Après l’essai en conditions réelles, une évaluation indépendante au moyen d’une étude de cas pratique a confirmé les possibilités entrevues par la Fédération : la technologie peut améliorer l’interopérabilité le long de la chaîne de valeur; offrir une traçabilité de bout en bout (comblant le fossé entre les informations sur les animaux vivants et celles sur le produit final, qui existerait encore avec les nouvelles règles de traçabilité); faire en sorte que les données soient vérifiables et immuables; et accorder des autorisations dynamiques pour que les utilisateurs puissent contrôler leurs propres données. L’application peut réduire le fardeau des rapports à soumettre, améliorer la vitesse et l’efficience de la traçabilité des maladies du bétail ET mettre en commun les informations à valeur ajoutée, avec l’autorisation des utilisateurs, d’une façon qui aide chaque utilisateur à améliorer sa propre rentabilité.

Nous poursuivons le travail afin de comprendre ce que cela prendrait pour utiliser la technologie dans un cadre plus large, améliorer l’échange d’informations et réduire les coûts d’entreprise en vue de rendre l’industrie plus lucrative.

About the Author

Corlena Patterson serves as Executive Director to the Canadian Sheep Federation.  The Canadian Sheep Federation represents the interests of the Canadian sheep industry, providing leadership aimed at furthering the sustainability, growth and prosperity of the sector.

Corlena Patterson est directrice générale de la Fédération canadienne du mouton. L’organisme défend les intérêts de l’industrie ovine canadienne et joue un rôle moteur dans la promotion de la durabilité, de la croissance et de la prospérité du secteur.

 


Back to Blog

Share this Story

Share