Collaboration Will Prevent African Swine Fever From Impacting Pork Production, Food Security, and Biodiversity in Canada/Par la Collaboration, Nous Empêcherons la Peste Porcine Africaine de Porter Atteinte à la Production Porcine, à la Sécurité Alimentaire et à la Biodiversité du Canada

Collaboration Will Prevent African Swine Fever From Impacting Pork Production, Food Security, and Biodiversity in Canada/Par la Collaboration, Nous Empêcherons la Peste Porcine Africaine de Porter Atteinte à la Production Porcine, à la Sécurité Alimentaire et à la Biodiversité du Canada

January 25th, 2019 by Gabriela Guigou

In 1952, it is believed a small chunk of a cured pork sausage, smuggled into the country, or contaminated clothing worn by a farm worker who had been working in a country with foot and mouth disease cost Canada millions in losses and caused more than 4,000 animals to be destroyed. Contaminated meat may have been discarded improperly, then ingested by an animal or previously exposed unwashed clothing may have been worn on a Canadian farm and come into contact with livestock. What followed was the last outbreak of foot and mouth disease in Canada.

 Of course, in 1953, it was Foot-and-Mouth Disease that wreaked havoc across Europe and made its way to Canada to infect cattle and pigs. Today, it’s African swine fever making headlines, impacting the pig population in Eastern Europe, China, and Africa, and threatening to do the same if it makes its way to Canada.

 African swine fever (ASF) is one of the most severe viral diseases that affect pigs. This disease cannot infect humans, but has a high mortality rate in domestic pigs, wild pigs, and European wild boars. There is no vaccine for this virus. Quite hardy, the virus can persist for a long time in the environment, carcasses and in a variety of pork products.

Not yet in Canada, but spreading in Europe and China

 Following an outbreak in the Republic of Georgia in 2007, the virus has been spreading through the Caucasus region, the Russian Federation and Eastern Europe. Since September 2018, cases in the wild boar population in Belgium have been reported to the World Animal Health Organization (OIE). Since 2007 nearly 1 million pigs in Europe have been culled for ASF.

In China, the first outbreak was confirmed on August 3, 2018. The virus has since spread over a vast area with multiple outbreaks being reported. Containing the virus will be a significant challenge in a country that owns almost half of the world’s domestic pigs. China’s pig production system ranges from modern, large-scale units to traditional backyard farms. Several factors complicate efforts to contain the disease including limited biosecurity, a high density of wild boars, and kitchen waste being routinely fed to backyard pigs.

 Among the highest risk factors for Canada are people smuggling in pork and pork products and travellers returning from Europe and China that may have come in contact with the virus and are bringing it back on their clothes or footwear. Feed and feed ingredients imported from China carry an additional risk and producers and feed-mill operators have been encouraged to better manage imported ingredients.

Precautions are in place to prevent the virus from coming to Canada

Canada is taking steps to prevent the virus from entering the country by stopping imports of pork from affected zones. Canadian Border Service agents have increased their vigilance to ensure meat is not illegally brought into the country. The Canadian Pork Council has asked that the Agency’s detector dog program be expanded.

 The Canadian Pork Council, its provincial pork organization members and other animal-health organizations are reaching out to commercial producers, small-scale producers, hobby farmers, and pet owners to ensure all stakeholders are aware of ASF, its risks and of the necessity of implementing preventative measures.

 Prevention is key to prevent the Canadian pig herd from being infected with ASF

 ASF has not been reported in Canada. Everyone has a role to play to ensure this virus does not make its way to Canada.

  •  When visiting other countries, do not bring back any meat products (this is illegal, except for cooked canned products).
  • Wash all clothing and footwear immediately after use in other countries.

 Prevention and enhanced biosecurity measures are the most important steps producers can take to prevent this, or any disease, from contaminating their farm.

  •  Routinely evaluate biosecurity protocols with farm staff, service providers and visitors.
  • Ensure that farm staff and visitors have not had contact with swine in other countries, especially where ASF infections have been detected. If coming from an ASF infected area, downtime measures must be enforced.
  • Talk to your suppliers, your herd nutritionist and your veterinarian about safe feed
    sources, holding times and biosecurity controls.
  • Stop pork products from entering barns.
  • Do not feed kitchen waste to pigs.
  • Ensure domesticated pigs do not have any contact with wild pigs.
  • Spread the word! Knowledge is power, so share this information with other pig owners.  

If you suspect your herd is sick:

  • Contact your herd veterinarian immediately if you see any clinical signs in pigs on your farm that could be associated with an ASF infection.
  • Stop all pig movements. Never move, sell or send to livestock auctions/yards sick or compromised pigs from your farm. This will prevent further disease spread.
  • Implement a self-quarantine on all animals, feed and equipment until you know the cause of the illness.

 Although humans cannot be infected with African swine fever, they are the most likely source of introducing the virus into Canada. Collaboration and sharing information is how we will prevent ASF from affecting the pork industry. Together, we will ensure that history does not repeat itself. Everyone has a role to play to keep our pork production safe, wholesome and nutritious.

 

En 1952, un petit bout de saucisse de porc de salaison introduit en fraude au pays, ou peut-être un vêtement contaminé porté par un ouvrier agricole ayant travaillé dans un pays aux prises avec la fièvre aphteuse, a causé des millions de dollars de pertes et la destruction de plus de 4 000 animaux au Canada. De la viande contaminée aurait été éliminée sans précaution puis ingérée par un animal, ou un vêtement déjà exposé et non lavé aurait été porté sur une ferme canadienne et serait entré en contact avec du bétail. Il s’en est suivi la dernière éclosion de fièvre aphteuse au Canada.

En 1953, c’est bien sûr la fièvre aphteuse, qui faisait des ravages en Europe, qui s’est frayé un chemin jusqu’au Canada pour infecter des bovins et des porcs. Aujourd’hui, c’est la peste porcine africaine qui fait les manchettes; elle sévit dans les populations porcines d’Europe de l’Est, de Chine et d’Afrique et menace de se rendre jusqu’au Canada.

La peste porcine africaine (PPA) est l’une des maladies virales les plus graves qui puissent toucher les porcs. Elle n’infecte pas les humains, mais présente un taux de mortalité élevé chez les porcs domestiques, les porcs sauvages et les sangliers. Il n’existe pas de vaccin contre cette maladie. Le virus, très résistant, peut survivre longtemps dans l’environnement, sur les carcasses et dans divers produits du porc.

Pas encore au Canada, mais se propage en Europe et en Chine

Depuis une éclosion survenue en 2007 en République de Géorgie, le virus se propage dans la région du Caucase, dans la Fédération de Russie et en Europe de l’Est. Depuis septembre 2018, la Belgique a déclaré à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) des cas survenus dans sa population de sangliers. Depuis 2007, près d’un million de porcs ont été éliminés en Europe à cause de la PPA.

En Chine, la première éclosion a été confirmée le 3 août 2018. Le virus s’est depuis propagé dans une vaste région, et de multiples éclosions ont été déclarées. Le confinement du virus posera de graves difficultés dans un pays qui possède près de la moitié du cheptel mondial de porcs domestiques. Dans le système chinois de production porcine, les grandes installations modernes côtoient encore des exploitations de basse-cour traditionnelles. Plusieurs facteurs compliquent les efforts pour confiner la maladie, dont la biosécurité limitée, la forte densité de sangliers et la pratique courante qui consiste à nourrir les porcs de basse-cour de déchets de cuisine.

Les facteurs qui posent le plus de risques pour le Canada sont la viande de porc et les produits du porc apportés en contrebande ainsi que les voyageurs de retour d’Europe et de Chine qui peuvent être entrés en contact avec le virus et qui le ramènent sur leurs vêtements ou leurs chaussures. Les aliments pour animaux et leurs ingrédients importés de Chine posent un risque supplémentaire; les producteurs et les exploitants de meuneries sont encouragés à resserrer la gestion des ingrédients importés.

Des mesures de précaution sont en place pour empêcher le virus d’entrer au Canada

Le Canada prend des mesures pour empêcher l’entrée du virus en arrêtant les importations de porc des zones touchées. Les agents de l’Agence des services frontaliers du Canada redoublent de vigilance pour ne pas que de la viande soit importée illégalement au pays. Le Conseil canadien du porc a demandé que le programme des chiens détecteurs de l’Agence soit élargi.

Le Conseil canadien du porc, les membres de ses associations provinciales et des organismes de santé animale avertissent les producteurs commerciaux, les petits producteurs, les éleveurs de plaisance et les propriétaires d’animaux de compagnie pour que tous soient au courant de la PPA, de ses risques et de la nécessité d’appliquer des mesures de prévention.

La prévention est essentielle pour empêcher l’infection du cheptel porcin canadien par la PPA

La PPA n’a pas été détectée au pays. Chacun a un rôle à jouer pour que le virus ne se rende pas jusqu’au Canada.

  •  Quand vous visitez d’autres pays, ne rapportez pas de produits à base de viande (c’est d’ailleurs illégal sauf pour les conserves de produits cuits).
  • Lavez vos vêtements et vos chaussures immédiatement après les avoir portés dans un pays étranger.

La prévention et le resserrement des mesures de biosécurité sont les deux mesures les plus importantes que peuvent prendre les producteurs pour empêcher cette maladie, ou toute autre maladie, de contaminer leur ferme.

  •  Passez systématiquement en revue les protocoles de biosécurité avec le personnel agricole, les fournisseurs de services et les visiteurs.
  • Assurez-vous que le personnel agricole et les visiteurs n’ont eu aucun contact avec des porcs, particulièrement dans des pays où des infections par la PPA ont été détectées. S’ils viennent d’une zone infectée par la PPA, il faut appliquer des mesures de vide sanitaire.
  • Parlez à vos fournisseurs, au nutritionniste du troupeau et à votre médecin vétérinaire des sources sûres d’aliments pour animaux, des durées d’entreposage et des contrôles de biosécurité.
  • Interdisez la présence de produits du porc dans les bâtiments d’élevage.
  • Ne nourrissez pas les porcs de déchets de cuisine.
  • Assurez-vous que les porcs domestiques n’ont aucun contact avec des porcs sauvages.
  • Faites passer le mot! Savoir, c’est pouvoir : partagez ces informations avec les autres propriétaires de porcs.

Si vous soupçonnez une maladie dans votre troupeau :

  •  Contactez immédiatement le médecin vétérinaire du troupeau si vous observez chez les porcs de votre ferme des signes cliniques qui pourraient être associés à une infection par la PPA.
  • Cessez tous les déplacements de porcs. Il ne faut jamais déplacer, vendre ou envoyer à l’encan des porcs malades ou fragilisés de votre ferme. Cela empêchera la maladie de se propager.
  • Prenez l’initiative de mettre en quarantaine vos animaux, vos aliments pour animaux et votre équipement jusqu’à ce que vous connaissiez la cause de la maladie.

Les humains ne peuvent pas être infectés par la peste porcine africaine, mais ils sont la source la plus susceptible d’introduire le virus au Canada. C’est par la collaboration et le partage d’informations que nous empêcherons la PPA de frapper notre industrie porcine. Ensemble, nous ferons en sorte que l’histoire ne se répète pas. Nous avons tous et toutes un rôle à jouer pour garder la production porcine salubre, saine et nutritive.

About the Author

Gabriela Guigou is a molecular biologist and manager of the Swine Health Initiative at the Canadian Pork Council where she works on key animal health challenges of concern to pork producers.  Her role is to ensure important issues such as disease surveillance, biosecurity or antimicrobial resistance are tackled, and a national strategic plan is in place.  She offers support to the CPC’s Swine Health Advisory Committee, The Code of Practice for the Care and Handling of Pigs Review Committee and sits on the Canadian Animal Health Products Regulatory Advisory Committee. She is also responsible for overseeing the work of the Canadian Swine Health Intelligence Network (CSHIN).

Gabriela grew up on her family’s farm in Uruguay but has spent all her professional career working for Canadian agriculture. Gabriela, along with her husband and two children live in Manotick, a small community south of Ottawa, Ontario.

Biologiste moléculaire, Gabriela Guigou est gestionnaire de l’Initiative en santé porcine au Conseil canadien du porc (CCP), où elle travaille sur les principaux problèmes de santé animale qui touchent les éleveurs de porcs.  Son rôle est de veiller à ce que les questions importantes comme la surveillance des maladies, la biosécurité ou la résistance antimicrobienne soient abordées et à ce qu’un plan stratégique national soit en place.  Elle apporte son aide au Comité aviseur sur la santé porcine du CCP et à son Comité pour la révision du Code de pratiques pour le soin et la manipulation des porcs et siège au Comité consultatif canadien sur la réglementation des produits de santé animale. Elle est également chargée de superviser les travaux du Réseau canadien de surveillance de la santé porcine (RCSSP).

Gabriela a grandi sur la ferme de sa famille en Uruguay, mais a passé toute sa carrière professionnelle à travailler pour l’agriculture canadienne. Avec son mari et ses deux enfants, elle vit à Manotick, un village en banlieue sud d’Ottawa (Ontario).

 

 


Back to Blog

Share this Story

Share